20 mai 2014 2 20 /05 /mai /2014 20:19

 

Assemblée Evangélique

53, rue Aristide Briand

16800 SOYAUX

DSCN0505.jpg

 

mini soyaux3              DSCN0507.jpg

 

Accès + horaire : rubriques de droite

 

Pour nous contacter, cliquer sur Contact   ou Plus d'infos ? Nous contacter...



Partager cet article

Assemblee des frères, à Soyaux (16) - dans Présentation
commenter cet article
20 mai 2014 2 20 /05 /mai /2014 20:18

Voici notre agenda prévisionnel. N'hésitez pas à venir nous contacter pour plus d'info... et nous rejoindre   si vous le souhaitez, vous serez toujours les bienvenus !

NB : les 1er, 2ème, 4ème dimanches du mois : Culte à 10 h 30 + édification à 15 h 30.

les 3ème, 5ème dimanches du mois : Culte à 10 h 00 + édification en continu (vers 11 h 45).

Tous les mardis, à 20 h 30 : Prière + étude biblique (2ème livre des Chroniques).

**************

Attention : En raison des travaux de réfection du local à Soyaux, les cultes ont lieu actuellement à St-Cybardeaux.

Le retour à Soyaux est envisagé pour dimanche 27 juillet.

 

* Dimanche 20 juillet, à 10 h 00 : Culte + édification en continu.

 

Lieu : c/o Jean-Louis & Marylène Brun, à St Cybardeaux.

* Samedi 30 août, à 19 h : Wedjaa (réunion de jeunes).

Thème  : La prière.

Lieu : c/o Etienne & Karine LAÜGT, à Brie.

Dimanche 14 septembre, à 15 h 30 : Etude biblique avec St-Cybardeaux.

Thème  : 1 Pierre

* Jeudi 18 septembre, à 20 h 15 : Partage biblique informel, dans les maisons.

Thème  : Devenir adulte en Christ

Lieu : c/o Etienne & Karine LAÜGT, à Brie.

 

Partager cet article

Assemblee des frères, à Soyaux (16) - dans Agenda
commenter cet article
20 mai 2014 2 20 /05 /mai /2014 20:15

En s’adressant à l’église d’Ephèse, dans le livre de l’apocalypse, au chapitre 2, l’apôtre Jean cite tous les aspects positifs de cette assemblée et finit en lui adressant un seul reproche : ‘tu as abandonné ton premier amour’. (Apo. 2.2/4) Les qualités de cette église sont nombreuses :

Son travail est remarquable, ses œuvres sont appréciées, et tout ce travail ainsi que ces œuvres ont été faits avec constance. Cette persévérance n’a pas fait défaut même au moment de la persécution. La persécution les a rendu plus forts, plus solides. Cette église a du discernement et des bases solides dans la connaissance doctrinale, elle a su reconnaître et démasquer les faux ouvriers. Peut-être même, a-t-elle su les rejeter et les exclure car elle n’a pas supporté les méchants au milieu d’elle. Elle avait su garder la saine doctrine, elle avait défendu cette saine doctrine en écartant les faux apôtres. Elle avait servi avec persévérance, accomplissant une multitude d’œuvres, et ceux qui n’étaient pas saints, ceux qui étaient méchants, elle les avait éliminés. Mais ! Car il y a un mais ! ‘Tu as abandonné ton premier amour’.

L’absence de ce premier amour rendait, toutes leurs œuvres, tout leur service, toute leur sainteté, toute leur persévérance, tout leur discernement et toute leur connaissance, caducs. L’amour pour Jésus, cet amour qu’ils avaient eu pour Lui au début, s’était attiédi. Ils s’étaient tellement investis à travailler pour Lui, à préserver Sa doctrine, à chasser les méchants qu’ils l’avaient laissé de côté, Lui ! Ils l’avaient oublié !

C’est comme si Jean leur disait : ‘la connaissance biblique, la discipline, la sainteté, la persévérance, le témoignage et toute pratique de foi c’est bien, c’est même très bien, mais si l’amour de Jésus et pour Jésus fait défaut, toutes ces choses ne valent rien.’

Il ne sert à rien de dire : ‘Servez davantage, priez davantage, lisez plus la Bible, venez aux réunions, donnez la dîme, jeûnez etc.’ Non ! Le seul message que nous devons proclamer, entendre et vivre c’est : « Aimons-le du feu du premier amour ».

Ni les œuvres, ni les sacrifices, ni la discipline ecclésiastique, n’ont été en mesure ni de préserver les églises, ni de satisfaire le cœur du Seigneur. La seule chose qui puisse faire avancer ses enfants, ses disciples, et ses serviteurs, c’est qu’ils L’aiment Lui et qu'ils aiment les frères : Jean 13:35 A ceci tous connaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l’amour les uns pour les autres.

Paul Calzada

Venez discuter autour de cette pensée sur Néhémie !

Partager cet article

Assemblée chrétienne, à Soyaux (16) - dans Textes d'encouragements
commenter cet article
27 avril 2014 7 27 /04 /avril /2014 08:25

La parabole des outres dans Matthieu 9.16/17, nous rappelle que pour recevoir la fraîche bénédiction de Dieu, il nous faut avoir des outres neuves. Dieu voudrait nous inonder de sa fraîche vie d’en haut, mais s’il nous voit venir avec nos vieilles outres, alors il ne nous donnera pas sa bénédiction, parce qu’elle va se perdre.

Ces vieilles outres peuvent être l'image de nos traditions religieuses, de nos habitudes, de nos coutumes traditionnelles, de nos rites ... si nousvoulons les conserver sans nous remettre en cause alors nous courrons le risque de ne pas pouvoir accueillir le vin nouveau d'une onction fraîche. Si nous sommes prêts à changer nos habitudes, à nous remettre en question, à revoir nos pratiques routinières, alors Dieu va pouvoir verser son vin nouveau.

Dieu n’a que faire d’un esprit religieux traditionnaliste qui refuse de se remettre en question. Dieu cherche des hommes et des femmes qui se laissent transformer par le renouvellement de l’intelligence, il cherche des novateurs. Attention ! En disant cela je ne prône pas la recherche d’un déferlement de nouveautés, qui plaisent à ceux qui veulent entendre des choses agréables, non, je prône un retour aux Ecritures, un retour tel qu’il puisse mettre en cause nos certitudes basées sur des traditions. Des novateurs comme : Luther, Calvin, Zwingli, Wesley, Finney, Taylor, Carey, Dunant, Booth, Seymour ... des hommes qui ont bouleversé le paysage religieux en leur temps. Dieu ne peut rien donner à des hommes religieux engoncés dans leurs certitudes inébranlables. Il cherche des hommes et des femmes qui accepteront, sous l’autorité des Ecritures, d’être les outres neuves pour cette génération.

Que Dieu nous aide à accepter, chacun pour notre part, d’être transformés par le renouvellement de l’intelligence. A accepter de nous remettre en cause dans notre manière de vivre la vie chrétienne, à accepter de désapprendre ce que nous avons appris, c'est-à-dire accepter de ne pas être des consommateurs mais des producteurs, non des spectateurs mais des acteurs. Nous voulons vivre en accord avec les Ecritures tout ce qui concerne les ministères, et le sacerdoce de chaque croyant.
Quelqu’un a dit : La tradition religieuse c’est le souvenir de la foi vivante de ceux qui sont morts, le traditionalisme c’est la pratique d’une foi morte par ceux qui sont vivants aujourd’hui.

Le traditionalisme est toute pratique religieuse qui s’oppose à la liberté de l’Esprit, c’est une forme de légalisme qui impose des règles non fondées, c’est vivre dans la nostalgie des gloires du passé. Le traditionaliste ne se pose pas de questions sur le pourquoi et le comment des choses qu’il pratique. Il a vu faire ces choses, alors il les fait.
Nous voulons abandonner les pratiques basées sur des traditions et entrer dans les pratiques de ce qu’enseignent les Ecritures.

Osons nous poser des questions sur nos pratiques religieuses et confrontons-les à l’autorité des Ecritures. Soyons honnêtes et n’usons pas d’une dialectique religieuse pour justifier nos pratiques si elles diffèrent de ce qu’enseigne la Parole de Dieu. Veillons en cela à ne pas ressembler aux religieux du temps de Jésus mentionnés dans Matthieu 15.3 : ‘Pourquoi transgressez-vous le commandement de Dieu au profit de votre tradition ?’

Paul Calzada

Venez discuter autour de cette pensée sur Néhémie !

Partager cet article

Assemblée chrétienne, à Soyaux (16) - dans Textes d'encouragements
commenter cet article
19 octobre 2013 6 19 /10 /octobre /2013 17:25

"Il rechercha la volonté de Dieu... et prospéra." 2 Choniques 31.21

Nos pays de l'Ouest se trouvent aujourd'hui dans une situation similaire à celle qui régnait en Israël à l'époque de l'Ancien Testament. Malgré les bénédictions que Dieu avait accordées à Son peuple, ce dernier s'était détourné de Lui à tel point que lorsque Ezekias, un homme intègre, monta sur le trône, il s’empressa de donner à nouveau la première place à Dieu dans la vie de son pays. Pour cela il prit quatre décisions, qu'il convient d'analyser :
1- Il ouvrit à nouveau les portes de la maison de Dieu et invita son peuple à se repentir et à revenir à Dieu.
2- Il dénonça la corruption et la liberté sexuelle qui régnaient dans la société de son temps, y compris parmi les leaders politiques et les chefs religieux. Ses ordres étaient sans équivoque : “Sanctifiez la maison du Seigneur, le Dieu de vos pères, et débarrassez Son sanctuaire de tout ce qui est impur et vulgaire” (2 Chroniques 29.5). L’époque dans laquelle nous vivons vous semble-t-elle différente ?
3- Il redonna la première place à la Parole de Dieu. “Ils vinrent pour purifier la maison du Seigneur… en accord avec les commandements de Dieu” (v. 15). Pasteurs, votre sermon du dimanche matin n’est pas suffisant, il vous faut encourager votre assemblée à se plonger dans la Parole divine chaque jour.
4- Il invita le peuple à venir adorer Dieu. Imaginez cette scène impressionnante : “Toute l’assemblée se prosterna en adoration, tandis que les musiciens chantaient ou jouaient de la trompette jusqu'à la fin du sacrifice” (v. 28). Les historiens bibliques estiment que la nation toute entière demeura prosternée, en adoration devant Dieu pendant plus de trois heures. Le Seigneur a-t-il béni les efforts d’Ezekias ? Ecoutez : "Dans toutes ses entreprises Il s'efforça de connaître la volonté de Dieu, et mit tout son cœur à Lui obéir. Aussi Dieu lui accorda-t-il le succès.” Voilà la solution divine pour un renouveau spirituel ! D'après Bob Gass (SPPA du 19/10/2013)

Partager cet article

Assemblée chrétienne, à Soyaux (16) - dans Textes d'encouragements
commenter cet article
27 juin 2013 4 27 /06 /juin /2013 06:25

Dans Néhémie 2.18 nous trouvons ces mots de la part du peuple de Jérusalem : "Levons-nous et bâtissons". Et dans Néhémie 4 v 6 il est écrit : "Nous rebâtîmes la muraille, qui fut partout achevée jusqu’à la moitié de sa hauteur. Et le peuple prit à cœur ce travail".
Dans ces deux textes, le « nous » est très important. Il souligne l’importance d’un travail d’équipe. Le défi immense du relèvement des ruines de Jérusalem ne pouvait se faire au travers d’un seul homme. Si Néhémie eut été seul, jamais il n’y serait parvenu. Sa passion, sa vision, fut embrassée par plusieurs et c’est avec tous ceux qui s’engagèrent à ses côtés que le travail fut accompli.
Aujourd’hui, comme ce fut le cas du temps de Néhémie, nous avons besoin de travailler en équipe, d’unir nos efforts, de participer, chacun à sa place et selon la part que Dieu lui a confiée, à cette grande tache de l’édification de la maison de Dieu.
Dieu donne la vision à certains, ils communiquent leur vision à d’autres, et lorsque tout le peuple prend à cœur l’œuvre, alors le travail avance.
Comment pourrons-nous relever le défi d’atteindre notre nation ? Comment pourrons-nous restaurer ce qui a été détruit ? La réponse est toute simple : grâce à un engagement de tous et d’un engagement du cœur.
Tout comme les plus hauts sommets n’ont pu être gravis que grâce au travail de nombreux équipiers œuvrant dans l’ombre d’alpinistes de renom, de même c’est lorsque chaque membre du corps de Christ prend à cœur son service que l’église s’édifie.

Paul Calzada (Source :Néhémie)

Venez discuter autour de cette pensée sur Néhémie !

Partager cet article

Assemblée chrétienne, à Soyaux (16) - dans Textes d'encouragements
commenter cet article
27 janvier 2013 7 27 /01 /janvier /2013 09:52

La garde-robe des humains peut être composée pour l’apparence et l’originalité, être d’avant-garde ou traditionnelle, peu importe, Dieu ne regarde qu’aux valeurs spirituelles qu’elle représente. Ainsi, malgré les habits qui le revêtent, un homme peut paraître nu devant le Seigneur. L’apôtre Paul exprime son désir pressant de se retrouver avec les chrétiens dans la demeure céleste, mais il ajoute aussitôt une condition : « si du moins nous sommes trouvés vêtus et non pas nus » (II Cor.5/1-3).
Fréquemment, le verbe « revêtir » est employé dans les Saintes Ecritures.
« Je me réjouirai devant l’Eternel… car il m’a revêtu des vêtements du salut, il m’a couvert du manteau de la délivrance » (Es. 61/10).
« Revêtez-vous du Seigneur Jésus-Christ, et n’ayez pas soin de la chair pour en satisfaire les convoitises » (Rom. 13/14). Ceci nous invite à « revêtir l’homme nouveau créé selon Dieu dans une justice et une sainteté que produit la vérité » (Eph. 4/24). C’est avoir « des entrailles de miséricorde », être rempli « de bonté, d’humilité, de douceur, de patience ». C’est « se supporter les uns les autres… Revêtez-vous de l’amour qui est le lien de la perfection » (Col. 3/12-14).
Avant de s’habiller selon leur désir, Adam et Eve durent porter un vêtement de peau représentant la nécessité d’un sacrifice, le premier qui eut lieu dans ce monde. « L’Eternel Dieu fit à Adam et à sa femme des habits de peau et il les en revêtit » (Gen. 3/21). Il typifie l’offrande de Jésus mort pour nous sur la croix du Calvaire.
La garde-robe du chrétien doit être adaptée à toutes les fonctions auxquelles il est appelé :
- Sacrificateur, il porte les vêtements attribués à ce sacerdoce. Sont inscrits sur ses habits les noms de ceux pour lesquels il intercède de tout son cœur. Il se drape d’un « vêtement de louange au lieu d’un esprit abattu » (Es. 61/3).
- Combattant de l’Eternel, il se ceint et manie au mieux les armes défensives et offensives reçues de Dieu : la vérité pour ceinture, la cuirasse de la justice, le bouclier de la foi, l’épée de l’Esprit qui est la Parole de Dieu, le casque du salut (Eph.6/14-16), les armes de la lumière (Rom. 13/12).
- Appelé à devenir participant aux noces de l’Agneau, il ne se présente pas en haillons malpropres. Il marche en vêtements blancs car il se garde des souillures d’ici-bas. Pour ce jour glorieux, « il lui a été donné de se revêtir d’un fin lin, éclatant et pur. Le fin lin, ce sont les œuvres justes des saints » (Apo. 19/8).
Chrétiens ! Nus, nous sommes entrés dans ce monde, glorieusement vêtus, il nous est possible d’en repartir.


L. Van de Putte(source : nehemie.org)

Partager cet article

Assemblée chrétienne, à Soyaux (16) - dans Textes d'encouragements
commenter cet article
27 janvier 2013 7 27 /01 /janvier /2013 09:50

Dans l’épître aux Ephésiens, l’apôtre Paul nous parle de l’église en des termes directement liés à la notion de maturité, d’équilibre spirituel, de croissance harmonieuse. (Ephésiens 4.11/16)
L’une des clés, donnée par Dieu, pour le développement équilibré de la foi des croyants, c’est la pluralité et la complémentarité des ministères. Dieu a donné tous ces ministères pour un harmonieux développement de notre vie spirituelle dans l\'équilibre et la stabilité.
Si le seul ministère qui s’exerce dans une assemblée est un ministère d’évangéliste, cette église pourra, certainement, atteindre de nombreuses personnes, mais les chrétiens risqueront de rester instables et superficiels. De même s\'il n\'y a que de l\'enseignement dans une communauté, les croyants pourront développer une connaissance biblique approfondie mais être stériles dans le témoignage. Egalement, si le seul ministère qui s’exerce au sein d’un groupe de croyants est un ministère prophétique, ce groupe peut dériver vers certaines formes déséquilibrées de la foi. Pour la bonne santé spirituelle des croyants, pour le développement d’une foi équilibrée au sein de chaque assemblée, il faut l\'exercice équilibré et complémentaire de tous les ministères.
Les apôtres sont chargés de poser les fondements de la foi. Les prophètes avertissent, exhortent, édifient, consolent sous l’inspiration du Saint-Esprit. Les évangélistes ont le don de gagner des perdus. Les pasteurs paissent le troupeau de Dieu, ils sont aussi appelés Anciens dans les épîtres. Les docteurs enseignent l’église, l’établissent dans la saine doctrine. La contribution de chacun est nécessaire pour que tous les croyants croissent dans l’équilibre spirituel et entrent dans leur propre ministère.
Le déséquilibre spirituel s’installe dans nos vies lorsque nous ne voyons qu’au travers d’un seul ministère. Les Corinthiens étaient tombés dans ce travers. Les uns ne voyaient que par Paul, d’autres que par Pierre ou que par Apollos. Ceci les entraînait vers un réel déséquilibre spirituel. Certains dirigeants d’église, parce qu’ils sont seuls à y exercer leur ministère, ramènent tout à leur ministère : l’évangéliste va conduire toute l’Eglise dans l’évangélisation, le prophète dans la vie de l’Esprit, le docteur uniquement dans l’étude. Ce mode de fonctionnement favorise le déséquilibre spirituel visible ici ou là.

Paul Calzada (source: nehemie.org)

Partager cet article

Assemblée chrétienne, à Soyaux (16) - dans Textes d'encouragements
commenter cet article
20 octobre 2012 6 20 /10 /octobre /2012 09:33

En deux versets bibliques, l’apôtre Paul décrit ce que notre assemblée doit représenter : un édifice, un temple et une habitation.

 

- Un édifice. Un aspect extérieur attirant les regards, c’est ce que le monde doit voir. Attirant à cause de son importance, de ses dimensions, de sa solidité et de son ancienneté. Ainsi doit se manifester notre témoignage spirituel. Il faut y ajouter la beauté. Une église est belle lorsque ceux qui observent le comportement de ses membres peuvent dire : « Voyez combien ils s’aiment. » Sans parler des moyens utilisés pour l’édifier : simples, clairs, spirituels, portés à la compréhension de chacun, accompagnés par des actions étonnantes de délivrances et de bénédictions diverses.

 

- Un temple. Un temple avec son autel pour louer et adorer Dieu. Un autel qui rappelle la croix du Calvaire où le sang de Jésus a été répandu afin que nous y soyons purifiés. Un endroit où la lumière nous éclaire sainement sur notre condition, celle de notre société ; un endroit pour être, spirituellement conseillés sur la volonté divine et nourris quant à notre âme comme le disait le Seigneur : « Ma nourriture, c’est de faire la volonté de Celui qui m’a envoyé et d’accomplir son œuvre. » (Jean 4/34)


- Une habitation. Une habitation de Dieu en Esprit. Non pas un lieu de passage à l’occasion de quelques fêtes religieuses mais une demeure en attendant la cité céleste. Que pour Lui, cette église évangélique soit une base d’activités pour les besoins de celles et de ceux qui nous entourent, les personnes de nos quartiers, de nos villes et de nos villages avoisinants. Une demeure où Il se sente bien parce que l’affection fraternelle y règne constamment. Non pas un rassemblement mais une assemblée remplie d’amour, d’amitié et d’entraide.

Le monde a besoin de voir l’édifice.
Le chrétien a besoin du temple, de son atmosphère et de toutes ses activités.
Le Seigneur qui est avec nous par son Esprit tous les jours jusqu’à la fin du monde a besoin d’une demeure spirituelle. (Ephésiens 2/21-22)
L. Van de Putte (source : www.eglise-nehemie.fr/index.php)


Psaumes 26:8 Eternel ! J’aime le séjour de ta maison, le lieu où ta gloire habite.

 

Partager cet article

Assemblée chrétienne, à Soyaux (16) - dans Textes d'encouragements
commenter cet article
20 octobre 2012 6 20 /10 /octobre /2012 09:29

“Il a rendu le peuple de Dieu apte à accomplir son service...” Ephésiens 4.12 www.saparole.com

 

Si vous pensez que les statistiques concernant le chômage de notre pays sont déprimantes, examinez celles qui touchent les églises ! Vingt pour cent des membres de nos églises couvrent de leurs dons quatre-vingt pour cent des revenus annuels de ces églises, tout en accomplissant quatre-vingt pour cent de toute l’oeuvre du Seigneur. Quant aux autres, ils se contentent de venir en spectateurs ! Il est facile d’observer, de critiquer et de s’exclamer :

“Mais que fait l’église pour pallier les problèmes que nous affrontons quotidiennement ?” Vous oubliez un détail : l’église, c’est vous ! Alors faites quelque chose pour remédier aux problèmes ! Ne dites surtout pas : “Mais j’ai quitté mon église parce que je n’appréciais pas la manière de voir des autres membres. Mais vous n’avez pas quitté l’église de Dieu qui est le corps de Christ, n’est-ce pas ? Au lieu de récriminer contre tout ce que votre église ne fait pas, regardez-vous dans un miroir et demandez-vous : “Et moi, qu’est-ce que je fais pour le Seigneur ?” Savez-vous ce qu’est un “manager en fauteuil” ? C’est quelqu’un qui analyse le match de football une fois qu’il est terminé, critique les joueurs, se plaint des remarques et des décisions de l’arbitre et qui est heureux d’être assis sur les gradins en tant que spectateur plutôt que jouer sur la pelouse ! Avez-vous compris ? Il faut du courage et de la détermination pour passer des heures chaque jour à l’entraînement tout cela pour le privilège de se faire huer par la foule, bousculer violemment par les autres joueurs avant de quitter le stade meurtri et couvert de boue !

La Bible dit que le rôle du pasteur est de “rendre le peuple de Dieu apte à accomplir le service du Seigneur et bâtir l’église... De cette façon, nous parviendrons tous ensemble à l'unité de la foi dans la connaissance du Fils de Dieu ; nous deviendrons des adultes dont le développement atteindra à la stature parfaite du Christ. Alors, nous ne serons plus des enfants...” (v.12-14). Réfléchissez- y un peu !  

 

“Les notables refusèrent cependant de travailler...” Néhémie 3.5 www.saparole.com

 

On raconte l’histoire de cette équipe de football en train de perdre un match. De la ligne de touche l’entraîneur n’arrêtait pas de crier au capitaine de son équipe : “Passe le ballon à Calhoun ! Passe le ballon à Calhoun !” Au bout d’un certain temps, exaspéré et frustré par ces interventions, le capitaine rétorqua en hurlant : “Mais, patron, Calhoun ne le veut pas, votre ballon !” Hier nous avons parlé de ceux qui préfèrent être spectateurs plutôt qu’acteurs. Aujourd’hui parlons de ceux qui font partie de l’équipe mais qui n’ont pas le coeur à épauler les autres joueurs. Alors qu’il rebâtissait les murs de Jérusalem, Néhémie écrivit : “Les hommes de Tecoa réparaient la section suivante des murs, mais leurs notables ne voulaient pas travailler...” Ces gens préféraient choisir des engagements commodes et faciles et refusaient de s’engager à fond, deux attitudes malheureusement trop courantes. Une personne sur cent parvient à réaliser son rêve ; les autres se contentent d’en parler.

Vous affirmez peut-être : “En matière de dons pour l’oeuvre du Seigneur, il faut bien parfois que d’autres prennent la relève !” Si quelqu’un d’autre se met à semer, ce quelqu’un d’autre récoltera également la moisson que vous étiez censé engranger. Est-ce cela que vous voulez ? La Bible affirme : “Dieu vous fournira abondamment tout ce dont vous aurez besoin. Ainsi vous aurez toujours tout ce qui vous est nécessaire et en plus, de quoi partager généreusement avec les autres...” (2 Corinthiens 9.8 TP).

Lorsque les bénédictions divines cessent de couler à travers vous, elles cessent également de couler vers vous. Envisagez les conséquences à long terme : c’est en mettant votre trésor sur cette terre au service des autres que vous accumulez un trésor dans les cieux. Paul a dit : “Car ma vie humaine, actuelle, je la vis dans la foi au Fils de Dieu qui m'a aimé et a donné Sa vie pour moi” (Galates 2.20). Chaque fois que Dieu vous demande de Lui donner votre temps, votre argent ou votre talent, souvenez-vous de tout ce que Christ a laissé derrière Lui pour venir vous sauver.

D'après Bob Gass

Partager cet article

Assemblée chrétienne, à Soyaux (16) - dans Textes d'encouragements
commenter cet article
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog